• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

August 10, 2017

Une bonne politique alimentaire pour le Canada

Les Canadiens ont l’occasion de redéfinir la politique alimentaire nationale, loin de la viande, du lait et des systèmes de confinement des fermes industrielles

Humane Society International/Canada

  • Quinoa Tabbouleh Salad. Michelle Riley/HSI

Le gouvernement canadien est à un tournant dans sa relation avec la nourriture. Pour la première fois, le Canada va créer sa propre politique alimentaire.

Jusqu’à tout récemment, le Guide alimentaire canadien était basé sur les intérêts de l’industrie animalière plutôt que sur la science nutritionnelle éprouvée. Le Guide ose arrêter de mettre en avant la viande et les produits laitiers. Pourquoi? Car de plus en plus, la communauté scientifique et les Canadiens comprennent l’importance de manger plus de produits d’origine végétale et moins de viande : pour l’environnement, pour notre santé et pour le bien-être des animaux.

Aujourd’hui, les fermes industrielles entassent les poules pondeuses dans des cages si petites qu’elles ne peuvent pas étendre leurs ailes. Les granges pour l’élevage en batterie au Canada entassent des milliers de cages, chacune confinant de nombreuses volailles, empilées sur 2 à 8 étages. Les fermes ont en moyenne plus de 17 000 volailles. Les porcs reproducteurs et les veaux de boucherie sont entassés dans des cages individuelles à peine plus grandes qu’eux. Ils ne peuvent pas marcher ou se retourner. L’entassement extrême et les conditions contre nature entraînent une multitude de problèmes de santé et un niveau de vie de mauvaise qualité pour ces animaux.

Il y a fort à craindre que les groupes de l’industrie animalière brisent l’élan positif en cours grâce à l’annonce de la nouvelle politique, en faisant pression sur le gouvernement fédéral. Le gouvernement fédéral veut savoir quels changements les Canadiens aimeraient voir. Vous avez jusqu’au 14 août pour donner votre avis sur la mise à jour du Guide alimentaire et jusqu’au 31 août pour envoyer vos commentaires sur la première politique alimentaire nationale.

Pour le bien-être des animaux, l’environnement et la santé, il est important que vous fassiez entendre votre voix durant la période de consultation publique. Nous avons fait en sorte que les deux sondages soient plus faciles à remplir pour vous!


1. Date limite, le 31 août: Répondez au sondage sur la politique alimentaire canadienne ici, en utilisant cette fiche de référence :

  • ACCÈS À DES ALIMENTS ABORDABLES : Beaucoup moins de ressources sont nécessaires pour faire pousser des légumes, des fruits, des légumineuses et des céréales entières contrairement aux produits animaux. Une analyse de Statistique Canada révèle que le steak et le poulet sont plus dispendieux que les haricots, les fruits et les légumes dans les épiceries canadiennes. Par exemple, 1 kg de steak coûte 23,65 $ alors que la même quantité de beurre d’arachide riche en protéines coûte seulement 6,50 $, les champignons coûtent seulement 8,70 $ et les carottes 2,29 $.
  • SANTÉ ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : Les aliments d’origine végétale sont généralement pauvres en gras saturés, riches en fibres et pleins d’antioxydants permettant ainsi d’atténuer certains des problèmes de santé les plus importants dans les pays développés, comme l’obésité, les maladies cardiaques, le diabète et certains types de cancer.
  • PRÉSERVER LES SOLS, L’EAU ET L’AIR : L’industrie de l’agriculture animale est une des principales causes du réchauffement climatique. C’est l’occasion de promouvoir des aliments végétaux comme option écologique pour réduire notre empreinte carbone.
  • ALIMENTS DE HAUTE QUALITÉ : Les consommateurs doivent pouvoir identifier plus facilement les aliments fidèles à leurs valeurs grâce à l’étiquetage, notamment pour les normes de bien-être animal. Par exemple, l’Australie a mis en œuvre avec succès un étiquetage précis pour les œufs de poules et les animaux élevés en liberté.

2. Date limit, le 14 août: Répondez au sondage sur le Guide alimentaire canadien ici, en utilisant cette fiche de référence :

  • PRINCIPE 1 — OUI : Nous sommes tout à fait d’accord avec les recommandations 1 et 2. Il est important de consommer régulièrement des légumes, des fruits, des légumineuses, des céréales complètes et des aliments riches en protéines, surtout des protéines d’origine végétale. Ce guide doit aussi inclure des aliments qui contiennent principalement des gras insaturés plutôt que des aliments riches en gras saturés. Les aliments d’origine végétale comme les avocats, les noix et les légumineuses ont tendance à être riches en bons gras, contrairement aux fromages riches en matières grasses et aux autres produits d’origine animale riches en gras saturés.
  • COMMENTAIRE FINAL : Nous sommes d’accord avec Santé Canada sur le fait que les recommandations pour une alimentation saine devraient soutenir et promouvoir les régimes alimentaires riches en aliments d’origine végétale et pauvres en aliments d’origine animale, car en général, ils sont associés à une incidence réduite sur l’environnement et à de nombreux avantages pour la santé. Le guide alimentaire canadien devrait contenir des ressources éducatives objectives concernant l’information nutritionnelle. De plus, les aliments sains d’origine végétale doivent être plus abordables pour les Canadiens.

Ces périodes de consultation publique sur la politique alimentaire canadienne et le Guide alimentaire offrent aux Canadiens l’occasion d’établir une relation plus saine et durable avec la nourriture et d’offrir aux animaux un avenir meilleur.

Le NRG Research Group a découvert que 95 % des Canadiens veulent améliorer les conditions de vie des animaux laitiers, des animaux de boucherie et des animaux produisant des œufs, même si cela coûte plus cher. Ainsi, il est essentiel d’avoir un étiquetage précis concernant le bien-être des animaux pour tous les produits d’origine animale, ainsi qu’un meilleur traitement pour les animaux d’élevage dans l’ensemble du pays.

En plus de faire entendre votre voix pour l’élaboration du Guide alimentaire et de la politique alimentaire du Canada, Humane Society International encourage les Canadiens à être des consommateurs éclairés en s’alimentant selon le principe des 3 R : « réduire » ou « remplacer » la consommation de produits d’origine animale par des aliments d’origine végétale et « raffiner » les régimes alimentaires en évitant les produits provenant d’élevages aux pratiques cruelles, comme le confinement intensif en cage des poules pondeuses.

  • Sign Up
  • Take Action