• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print
  • Alt text hereDownload PDF

October 18, 2011

L'abattage de chevaux au Canada

Humane Society International/Canada

  • Libre. istock

Avec près de 72 000 chevaux abattus en 2013 seulement, l’industrie canadienne de l’abattage de chevaux est parmi les plus importantes au monde. Une honteuse trahison envers nos fidèles compagnons.

Les chevaux sont abattus au Canada principalement pour fournir de la viande de cheval à des pays européens et asiatiques. Les chevaux arrivent dans les abattoirs dans toutes les conditions possibles: vieux, jeune, malade, bien portant, blessé ou dans le cas de juments, enceintes. Ce ne sont pas que des chevaux non désirés, souvent, leurs propriétaires ne peuvent plus se permettre de les garder et les amènent à l’encan dans l'espoir de leur trouver un bon foyer. Tragiquement, plus de 50% des chevaux vendus à l’encan vont à l'abattoir après avoir été rachetés par des intermédiaires qui travaillent pour les abattoirs.

Un terrible voyage

Souvent, les chevaux sont entassés dans des remorques conçues pour des animaux de plus petite taille et ils parcourent ainsi de longues distances dans des positions inconfortables. L’embarquement et le débarquement sont particulièrement stressants et dangereux pour les chevaux, puisque ces derniers doivent se déplacer sur des rampes abruptes. Les normes canadiennes en matière de transport des animaux sont parmi les pires du monde industrialisé. Les règlements actuels permettent que les chevaux soient transportés jusqu’à 36 heures en continu sans nourriture, eau ou repos.

Abattage cruel

Plusieurs cas d’infractions au bien-être animal ont été rapportés dans les abattoirs de chevaux au Canada, incluant des manquements quant à la nourriture et l’eau, le débarquement illégal d’animaux, des animaux laissés pendant des périodes prolongées dans des enclos et des animaux malades ou blessés privés de soins vétérinaires. Sans surprise, des experts vétérinaires du monde entier and et les principaux groupes de protection des animaux ont dénoncé l'abattage des chevaux comme étant une pratique inhumaine.

La fin est prévisible pour les chevaux dans les abattoirs: une fin violente et sanglante. Parfois blessés et émaciés, les chevaux sont battus et reçoivent des électrochocs dans des enclos surpeuplés. Ils doivent, de plus, supporter l'odeur du sang et la vision et les sons des autres chevaux en douleur qui se font tuer avant d’être conduits à leur tour au piège à tuerie.

Les abattoirs de chevaux utilisent le même type de stalles et les mêmes techniques que les abattoirs de bovins. Ces stalles sont trop larges pour les chevaux et la méthode du pistolet à tige perforante utilisé avec le bétail est mal adaptée pour les chevaux. Les chevaux sont un exemple parfait d'un animal de fuite. Leur désir instinctif de fuir l'abattoir provoque chez eux une grande panique. Dans le piège à tuerie, ils secouent frénétiquement la tête, il est donc extrêmement difficile de les assommer efficacement avant l’abattage. Des témoins (et des preuves vidéos) ont rapporté avoir vu des chevaux recevoir jusqu’à trois ou quatre violents chocs à la tête avec un pistolet à tige perforante avant qu'ils ne soient rendus inconscients pour la saignée. Dans une enquête récente sur des carcasses rejetées par un abattoir canadien, de nombreux crânes de chevaux ont été trouvés sans aucun trou de pistolet paralysant ou de fusil!

Les temps changent, c'est le temps d'AGIR

Avec la fermeture des abattoirs de chevaux aux États-Unis en 2007, le nombre de chevaux importés au Canada a grandement augmenté ces dernières années. À ce jour, il y a quatre abattoirs équins au Canada, deux au Québec et deux en Alberta. Nous devons agir maintenant pour mettre fin à ce climat de cruauté envers les chevaux au Canada!

Ce que nous faisons

L'abattage des chevaux est un problème urgent qui doit être abordée partout en Amérique du Nord. En 2008, par exemple, le président du comité judiciaire de la Chambre aux États-Unis, John Conyers (D-MI) et le Rep. Dan Burton (R-IN) ont introduit la Loi sur la prévention de la cruauté envers les équins, qui interdit l'abattage des chevaux américains pour consommation humaine et leur exportation pour l'abattage dans d'autres pays.

Au Canada, HSI travaille pour qu’au niveau fédérale soient interdits l'abattage, la vente, le transport et l'exportation de chevaux destinés à la consommation humaine. Le député fédéral Alex Atamanenko a déposé le projet de loi C-571 qui, s'il est adopté, serait un grand pas vers la fin de la cruelle industrie de viande de cheval. Le projet de loi C-571 demande que chaque cheval envoyé à l'abattoir soit élevé pour la consommation humaine et accompagné d'un dossier médical à vie. Ceci permettra de sauver d'innombrables chevaux des abattoirs du Canada, car la majorité d'entre eux ne sont pas élevés pour la consommation humaine et des substances interdites dans la chaîne alimentaire ont été administrées à la plupart d'entre eux au cours de leur vie.

En savoir plus

Lisez les dernières nouvelles à propos du travail de HSI en lien avec l'abattage de chevaux à travers le monde et agissez maintenant pour venir en aide aux chevaux au Canada!

  • Sign Up

    Recevez des alertes, des conseils, des nouvelles et plus encore

  • Take Action