• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

November 20, 2012

Les usines à chiots au Canada

Humane Society International/Canada

  • Gina Dunwell-Rushing

Il est difficile d’imaginer son chien confiné dans une cage souillée, sans accès à de la nourriture ou à de l’eau potable, sans aucun contact humain et ne pouvant sortir à l’extérieur. Pourtant, c’est ainsi que vivent des milliers de chiens à travers le Canada. Les éleveurs tirent profit de ces chiens en les reproduisant massivement et en vendant ensuite les chiots dans les animaleries ou en ligne. Malheureusement, les usines à chiots sont très répandues au Canada et il reste encore beaucoup à faire pour mettre fin à cette industrie.

Un commerce cruel

Une usine à chiots est un établissement d’élevage dans lequel des chiots sont produits à la chaîne, et ce, dans des conditions inférieures aux normes établies. Le but est de produire le plus de chiots possible en engendrant un minimum de coûts, tout en générant un maximum de profit, pour l’exploitant. L’industrie des usines à chiots a connu une croissance exponentielle au Canada et représente maintenant un secteur de plusieurs millions de dollars dans le pays. Cependant, les usines à chiots ne peuvent pas subvenir aux besoins d’un chien. Les chiens sont gardés en trop grand nombre dans des endroits inadéquats. Les conditions sanitaires y sont déplorables et les chiens sont souvent sous-alimentés et ne reçoivent pas les soins vétérinaires appropriés. La plupart des femelles reproductrices passeront ainsi toute leur vie dans de petites cages souillées, sans faire de l’exercice, sans amour ni contact humain. Elles sont accouplées de façon continue, jusqu’à ce que leur corps, fatigué et épuisé, cède et arrête de produire des chiots (habituellement vers l’âge de quatre à six ans). À ce moment, elles ne représentent plus de profit aux yeux de l’éleveur, elles sont donc tuées tout comme le sont les mâles qui n’ont pas été vendus.

Les éleveurs d’usines à chiots font non seulement de la reproduction à outrance, mais ils ont aussi des pratiques d’élevages qui favorisent la consanguinité. Ces pratiques d’élevage douteuses et les conditions insalubres des usines à chiots entraînent ces derniers à développer des problèmes de santé ou des tares génétiques. De plus, les chiots provenant de ces commerces d’élevage manifestent souvent des problèmes de comportement ou de tempérament, en raison d’un important manque de socialisation.

Les chiots des usines à chiots sont partout

Les usines à chiots existent d’un bout à l’autre du Canada. Plusieurs organismes de protection animale affirment que la plupart des chiots vendus dans les animaleries au Canada proviennent d’usines à chiots. Ces chiots sont non seulement vendus dans les animaleries, mais aussi en ligne, dans les marchés aux puces ou via des annonces dans des journaux locaux. Ils peuvent aussi se vendre directement à l'usine, bien que les visiteurs ne soient généralement pas admis à l'intérieur des installations pour vérifier les conditions dans lesquelles les chiens sont gardés.

Le Québec, la capitale des usines à chiots

Bien qu’elles existent partout au Canada, la majorité des usines à chiots se trouvent au Québec, car les lois encadrant les commerces d’élevage de chiens y sont faibles et peu appliquées. Malgré de récentes améliorations à la Loi sur la protection sanitaire des animaux, lorsqu’il est comparé aux autres provinces et territoires, le Québec est au bas de l’échelle quant à ses lois en matière de bien-être animal.

Bien que les éleveurs de plus de 15 animaux devront dorénavant se munir d’un permis, il faudra tout de même attendre une réglementation du gouvernement avant que ce système de permis ne soit implanté. Malheureusement, les éleveurs de petite ou de moyenne taille (15 animaux et moins) n’y seront pas soumis et il n’y a toujours pas de limite au nombre d’animaux qui peuvent être confinés dans un élevage commercial au Québec. Un éleveur peut garder des centaines de chiens qui passeront leur vie entière dans de petites cages, avec peu ou sans exercice quotidien et ce, de façon tout à fait légale.

De plus, même dans les pires cas d’abus envers les animaux et dans les cas de récidives, la loi provinciale ne prévoit pas de peine d’emprisonnement pour les contrevenants.

Ce que nous faisons

HSI/Canada et notre organisme affiliée, la Humane Society of the United States, luttent contre les usines à chiots sur plusieurs fronts, que ce soit en menant des enquêtes, en venant au secours de chiens dans des usines à chiots ou en réclamant des lois provinciales et fédérales plus sévères.

Depuis septembre 2011, l’équipe de sauvetage de HSI a assisté le gouvernement du Québec dans le sauvetage de plus de 700 chiens négligés et vivant dans des conditions inhumaines dans des commerces d’élevage à travers le Québec. Des milliers de chiens demeurent condamnés à une vie misérable et remplie de souffrances dans les usines à chiots. Une longue route reste à faire et nous ne nous arrêterons pas tant que les usines à chiots existeront. Joignez-vous à la lutte, avec votre aide, nous réussirons!

Ce que vous pouvez faire

  • Passez à l’action dès maintenant pour enrayer les usines à chiots!
  • Achetez vos produits ou adoptez votre prochain animal dans une animalerie amie des chiots qui apparaît sur cette liste [PDF].
  • Sign Up
  • Take Action