• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

April 14, 2015

Un grand coeur pour les animaux

Q&R avec une bénévole étoile : Jennifer Rose!

Humane Society International/Canada

  • Jennifer avec ses chiens. Jim Rose

  • Cindy Lou Who, la chienne qui se cachait toujours sous une boîte. Michael Bernard/HSI Canada

Q: Comment avez-vous entendu parler de HSI/Canada et de notre travail auprès des animaux?

R:Grâce à un ami, dans le journal… Mes débuts avec HSI/Canada remontent à septembre 2011, lorsque j’ai été déployée par le groupe de sauvetage animal Red Rover. Nous étions présents pour aider avec la plus grande saisie au Canada effectuée dans une usine à chiots. Lorsque j’ai vu arriver plus de 570 chiens dans le besoin au refuge, ceci a littéralement changé ma vie. Ces chiens sont restés trois mois au refuge d’urgence et j’ai continué à offrir mon aide à HSI, même après le départ de Red Rover. J’ai rencontré plusieurs de mes meilleurs amis durant ce temps.

Q: Qu’est-ce qui vous a motivé à travailler avec les animaux et les aider?

R:Toute ma vie, j’ai aimé les animaux, et j’ai toujours voulu les aider. J’ai été famille d’accueil pour le groupe LOYAL Rescue, et un de mes premiers chiennes venait d’une usine à chiots. Lorsqu’elle est arrivée chez moi, elle était terrifiée, et cela m’a brisé le cœur. Lorsque j’ai lu à propos des bénévoles qui l’avaient sauvée de cette horrible usine à chiots, j’ai tout de suite su que je voulais faire de même et c’est ma mission depuis ce temps. .

Faites un don pour soutenir nos efforts pour mettre fin à la cruauté envers les animaux.

Q: Quels impacts votre travail a-t-il sur les animaux?

R: J’ai vu plusieurs animaux arrivant au refuge qui étaient terrifiés, anxieux, maigres, malades, etc. Avec le temps, j’ai pu voir émerger leur personnalité. À son arrivée, vous pouvez voir un chien se recroqueviller dans le fond de sa cage lorsque vous le nourrissez, et après un certain temps, il trouve le courage de vous regarder dans les yeux. Après quelques semaines, il peut par exemple vous laisser le flatter quelque peu. Ces avancées majeures pour ces petits survivants font fondre mon cœur de joie..

Q: Qu’est-ce qui est le plus exigeant dans le travail de bénévole au refuge?

R: De voir les conditions dans lesquelles se trouvent les animaux à la suite des saisies, mais je demeure une éternelle optimiste et je vois cette situation comme un nouveau départ pour eux. C’est difficile de savoir qu’ils seront au refuge pour quelques semaines, voire des mois, alors que la cour décide de leur sort. J’aimerais qu’ils puissent vivre dans des familles le plus tôt possible, mais je suis heureuse de rendre leur séjour le plus agréable possible. Les employés et les autres bénévoles sont aussi tous incroyables alors je sais qu’ils sont entre bonnes mains, même lorsque je n’y suis pas.

Q: Est-ce bouleversant de voir ces animaux qui ont souffert de maltraitance ou de négligence?

R: C’est certainement bouleversant de savoir qu’ils ont été négligés. Je suis bouleversée lorsque j’apprends que quelqu’un a acheté un chien dans une animalerie ou à travers une petite annonce parce que je sais que cela signifie qu’il y a encore des chiens qui subissent de l’abus et de la maltraitance pour du profit. Je suis reconnaissante pour ceux qui sont maintenant sous les soins des employés et bénévoles de HSI, car je sais que ces animaux n’auront plus jamais à subir cela.

Q: Qu’est-ce qui est le plus gratifiant dans le travail de bénévole au refuge?

R: De voir les animaux reprendre des forces, de les voir développer une confiance en l’être humain au lieu de le craindre. J’adore lorsque nous pouvons amener les chiens dans les enclos extérieurs. Plusieurs d’entre eux n’ont jamais vu le gazon, ou ne sont même jamais allés à l’extérieur. C’est triste de voir que certains sont effrayés par tant d’espace au début, mais lorsqu’ils commencent à se détendre et à apprécier la douce chaleur du soleil et l’odeur du gazon frais, c’est tout simplement fantastique! De plus, les gens au refuge sont merveilleux! J’ai hâte de les retrouver à chaque fois que je me rends au refuge. C’est comme une belle grande famille empreinte de compassion.

Q: Comment décririez-vous l’évolution des animaux au refuge?

R: Il y a une grande différence chez les animaux entre leur arrivée au refuge et leur départ pour l’adoption. Au début, ils sont très anxieux : soit ils sont recroquevillés au fond de leur cage, soit ils tournent en rond sans arrêt ou s’avancent brusquement aussitôt que quelqu’un passe devant eux. Après quelques semaines, ils commencent à connaître la routine au refuge, ils savent lorsqu’ils seront nourris ou quand ils recevront une gâterie. Je ne peux pas décrire le sentiment ressenti lorsqu’un animal est tellement terrifié qu’il n’ose pas vous regarder, et qu’à un moment donné, lorsque vous êtes en train de nettoyer sa cage, vous le voyez tenter timidement de vous regarder. Quelques jours plus tard, vous le surprenez à vous lécher la main en guise de remerciement ou d’affection. C’est vraiment touchant de voir que ces petits amours peuvent encore apprendre à faire confiance et à aimer malgré tout ce qu’ils ont vécu par le passé.

Q: Avez-vous déjà recueilli un animal de l’une de nos saisies?

R: Oui, lors de la première saisie à laquelle j’ai travaillé. Elle a demeuré chez moi durant 7 mois avant d’être adoptée par sa nouvelle famille pour la vie. Je n’avais pas l’intention d’en recueillir chez moi puisque ma maison est déjà remplie d’animaux! En fait, j’étais impressionnée de ne pas vouloir tous les adopter. Durant la toute dernière journée, lorsque le refuge était presque vide et que tous se préparaient à partir, je suis allée saluer la gestionnaire du refuge de l’époque, Connie. Elle se trouvait dans un autre bâtiment où je n’avais pas travaillé alors je ne connaissais pas ces chiens. Il y avait seulement quelques chiens qui attendaient un transport de la SPCA..

J’ai remarqué une cage qui était à l’écart avec un petit lit Kuranda recouvert d’une couverture. Le lit tremblait alors j’ai demandé à Connie ce qui se passait. Elle m’a expliqué que c’était une petite femelle Rat Terrier qui était si terrifiée qu’ils l’avaient dénommée «The Box Dog» [Le chien de la boîte]. Elle se cachait en tout temps dans une boîte à l’intérieur de sa cage. Puisque la boîte avait été enlevée, elle se cachait donc sous son petit lit. Elle agissait de la sorte même après trois mois de soins et d’affection au refuge. Elle était toujours traumatisée par son ancienne vie. Je savais qu’elle devrait trouver le confort d’une maison pour se rétablir complètement alors j’ai contacté Hopeful Hearts Dog Rescue pour savoir s’il pouvait aider si je la recueillais chez moi. Vous connaissez la suite… J’ai aussi quelques amis qui ont adopté des chiens de différentes saisies alors je peux rester en contact avec certains d’entre eux.

Q: Puisque plusieurs chiennes ou chattes sont enceintes lors de leur arrivée au refuge, vous est-il déjà arrivé d’assister à une naissance ou de vous occuper de bébés?

R:Durant la dernière saisie, nous avons remarqué qu’une des femelles gestantes était plutôt tranquille et ne mangeait plus, alors nous savions pas qu’elle allait accoucher sous peu. Après le dîner, je suis allée la voir et j’y ai vu un bébé naissant. Sandy (une employée HSI) et moi sommes restées à ses côtés jusqu’à ce que tous les bébés soient nés et en sécurité. Ce fut une soirée très spéciale et je vais toujours me rappeler avoir participé à cette expérience incroyable.

Pour ce qui est des bébés, nous offrons souvent des biberons à certaines portées lorsque la maman a plusieurs bébés ou lorsqu’elle est plutôt faible. C’est tellement mignon de voir ces petites bouches tenter de boire le biberon ou le compte-gouttes. Les bébés sont pesés à tous les jours pour s’assurer qu’ils sont bien en santé et grandissent normalement. C’est un travail très agréable, car cela me permet de tous bien les observer. Ils sont si petits et frétillants avec leur petit ventre tout rond, on ne peut s’empêcher de tomber en amour avec eux!

Q: Selon votre expérience, que peuvent faire les gens pour aider à mettre fin aux usines à chiots?

R: La meilleure façon est d’éduquer les gens et de les informer sur la provenance des chiots et de s’assurer qu’ils font un choix éclairé lorsqu’ils veulent un nouveau chien (ou chat, ou oiseau, etc...). Si nous pouvons empêcher les gens d’acheter dans des animaleries ou à travers des annonces classées ou tout autre endroit où les animaux pourraient possiblement provenir d’usines à chiots, il n’y aurait donc plus de demande, ce qui mettrait fin aux usines à chiots. Tout est une question d’offre et de demande.

Vous pouvez aider! Pour plus d’informations sur le bénévolat pour HSI/Canada, cliquez ici. Vous ne pouvez pas faire de bénévolat? Vous pouvez toujours faire un don pour aider les animaux. Finalement, s.v.p. passez à l’action pour aider à enrayer les usines à chiots. Merci.

  • Sign Up
  • Take Action