• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

April 6, 2010

Sondage: Chasseurs Canadiens de Phoques Appuient Rachat de Permis de Chasse

La chasse au phoque est lancée malgré plusieurs inquiétudes

Humane Society International/Canada

Un sondage [PDF] récent mené par l’entreprise Ipsos-Reid révèle que la moitié des chasseurs de phoques de Terre-Neuve ayant une opinion sur le sujet du rachat par le gouvernement fédéral de l’industrie de la chasse au phoque commerciale appuient l’idée d’une telle mesure. Celle-ci comprendrait le remboursement des licences de chasse au phoque détenues par les pêcheurs et les propriétaires de bateaux, ainsi que l’investissement de capital dans d’autres occasions économiques au profit des communautés touchées. Les deux tiers des chasseurs de phoques de Terre-Neuve ayant une opinion sur le sujet croient que la valeur au débarquement de la chasse aux phoques de l’année en cours sera semblable à celle de 2009 (moins d’un million de dollars canadiens à Terre-Neuve) ou inférieure. Des entrevues téléphoniques ont été menées du 7 décembre 2009 au 24 janvier 2010 auprès de 267 pêcheurs, parmi lesquels 181 ont indiqué détenir une licence de chasse au phoque.

« Le gouvernement canadien prétend qu’il appuie les chasseurs de phoques en faisant la promotion et en subventionnant l’industrie de la chasse au phoque. Cependant, le sondage d’Ipsos-Reid démontre l’appui important de la part des chasseurs de phoques envers le rachat de l’industrie par le gouvernement fédéral; il s’agit d’une solution qui permettrait au Canada d’échapper à la controverse qui hante sa population depuis cinq décennies », commente Rebecca Aldworth, directrice exécutive de la Humane Society International/Canada. « Les chasseurs de phoques subissent les contrecoups du ralentissement du marché des produits du phoque ainsi que du boycott des poissons et fruits de mer du Canada qui sera maintenu jusqu’à ce que prenne fin l’abattage du phoque. »

En 2005, la Humane Society of the United States a commencé un boycott des poissons et fruits de mer du Canada dans le but d’inciter l’industrie et le gouvernement canadien à mettre fin à tout jamais à la chasse au phoque commerciale. Les chasseurs de phoques sont des pêcheurs commerciaux dont la chasse au phoque ne représente habituellement qu’une infime partie de leurs revenus annuels – le reste provient en majorité de la pêche au crabe, aux crevettes et au homard. Les deux tiers des poissons et fruits de mer canadiens sont exportés aux États-Unis chaque année; cela représente des revenus annuels de 2,5 milliards de dollars pour l’économie canadienne. Quant à elle, la valeur de la chasse au phoque de Terre-Neuve a produit des revenus inférieurs à un million de dollars canadiens en 2009. À ce jour, plus de 5 500 établissements et 650 000 personnes ont promis d’éviter l’achat de poissons et de fruits de mer canadiens jusqu’à ce que prenne fin la chasse au phoque.

Bien que les représentants du gouvernement canadien aient tenté de minimiser les répercussions de ce boycott, l’industrie de la chasse au phoque est clairement préoccupée. Le sondage d’Ipsos-Reid révèle que, parmi les détenteurs de licence de chasse au phoque ayant une opinion :

  • 79 % sont au courant du boycott des poissons et fruits de mer canadiens par les États-Unis.
  • 56 % des répondants étant au courant du boycott ont été personnellement touchés par ce dernier, qu’il s’agisse d’une baisse de la clientèle ou d’une réduction du prix des produits.
  • 81 % ont exprimé des préoccupations concernant les répercussions du boycott. 79 % croient qu’il causera des torts à l’industrie de la pêche au cours des mois et des années à venir.
  • 67 % croient que la valeur de l’industrie de la chasse au phoque sera semblable ou inférieure à celle des années passées dans l’avenir (38 % croient qu’elle connaîtra une baisse marquée).
  • 50 % appuient l’idée d’un rachat par le gouvernement fédéral de l’industrie de la chasse au phoque commerciale.

La faiblesse sans précédent de la formation de glace au large de la côte Est canadienne entraîne un taux de mortalité exceptionnellement élevé des blanchons. Les chasseurs de phoques s’attendent à ce que le prix payé pour le phoque demeure à son cours le plus bas pour une autre année. Par conséquent, Pêches et Océans Canada prévoit pour 2010 une participation réduite à la chasse au phoque.

Le rachat par le gouvernement fédéral de l’industrie de la chasse au phoque commerciale permettrait d’indemniser les pêcheurs pour les pertes de revenus encourues par la fin de la chasse au phoque ainsi que d’investir des fonds publics dans la création d’emplois durables et plus sécuritaires au sein des communautés touchées. Des économistes croient qu’une telle mesure coûterait moins cher que la somme des subventions nécessaires pour appuyer l’industrie de la chasse au phoque.

-30-

Humane Society International/Canada est un leader en matière de protection animale. Notre organisme représente des dizaines de milliers de membres et participants à travers le pays. HSI Canada met en oeuvre des programmes de protection des animaux de compagnie, de la faune et de son habitat naturel, de préservation de mammifères marins et de bien-être des animaux de ferme. HSI Canada est fière de faire partie de la Humane Society International – l’un des organismes de protection animale les plus importants au monde, avec plus de 11 millions de membres et participants. Rendez-nous visite sur le Web à l’adresse hsicanada.ca.

  • Sign Up

    Get the latest news and alerts

  • Take Action
Media Contact List2