• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

May 12, 2011

Le Regroupement pour la Protection des Animaux du Québec (R-PAQ) Lance un Appel Urgent Contre les Fourrières à But Lucratif de Montréal

Humane Society International/Canada

  • Ebru Baraz/istock

MONTRÉAL—Le Regroupement pour la protection des animaux du Québec (R-PAQ) a tenu une conférence de presse le jeudi 12 mai 2011 à 10 h pour réclamer une transition urgente vers la mise à l'écart des fourrières à but lucratif dans la région de Montréal. L'émission Enquête de Radio-Canada, qui présentait récemment un reportage intitulé « Le mauvais Berger » portant sur le plus vaste organisme de contrôle des animaux à but lucratif au Québec, a mis à jour l'horreur des traitements infligés aux animaux recueillis ainsi que les méthodes d'euthanasie inhumaines employées par le Berger Blanc.

« L'enquête de Radio-Canada sur le Berger Blanc a enfin levé le voile sur les problèmes inhérents au traitement de nos animaux de compagnie au Québec, » a dit Alanna Devine, directrice de la protection des animaux pour la SPCA de Montréal. « C'est l'occasion pour la Ville de Montréal et la province de Québec de prendre des mesures concrètes afin de revoir son approche en matière de contrôle animalier qui, à l'heure actuelle, ne protège ni les animaux, ni les citoyens. »

« L'offre de services animaliers dans la région de Montréal est inadéquate et sacrifie directement le bien-être des animaux au nom du profit, » a affirmé Lauren Scott, responsable de campagne pour Humane Society International/Canada. « De toute évidence, les instances provinciales et municipales ont manqué à leur devoir en omettant d'allouer les fonds nécessaires pour assurer un traitement adéquat à nos animaux de compagnie. Montréal consacre une fraction seulement des budgets alloués aux services animaliers par d'autres métropoles canadiennes—et ce sont les animaux qui en paient le prix. »

« Comme vétérinaire, j'ai été horrifiée de constater l'extrême souffrance endurée par ces animaux mise à jour récemment dans l'enquête de Radio-Canada sur le Berger Blanc, » a dit Judith Weissman de la Clinique vétérinaire Plateau Mont-Royal. « Il faut de toute urgence abandonner le modèle de contrôle des animaux axé sur le profit pour faire en sorte de garantir des normes adéquates en matière de bien-être des animaux à Montréal et au Québec, et les gens du Québec doivent collaborer et réaliser que l'acquisition d'un animal est un engagement à long terme. »

Le Regroupement pour la protection des animaux du Québec (R-PAQ) est un organisme-cadre regroupant des organisations de protection des animaux, des groupes communautaires, des experts juridiques, des vétérinaires et d'autres intervenants qui ont uni leurs efforts pour trouver des solutions à la crise actuelle et tenter de régler les problèmes fondamentaux qui entourent les animaux de compagnie et le « contrôle des animaux » au Québec.

La mission du R-PAQ consiste à transformer l'approche en matière de contrôle des animaux au Québec. Le regroupement se mobilise pour la mise à l'écart des mesures coercitives en faveur de la prévention, pour passer du « contrôle des animaux » au « service aux animaux, » afin de briser le cycle qui gonfle les rangs des animaux de compagnie abandonnés, la surpopulation, et ainsi faire une utilisation plus judicieuse de l'argent des contribuables et réformer les lois à tous les niveaux.

Le R-PAQ a comme objectif d'établir des partenariats avec d'autres organisations aux vues similaires ainsi que les administrations locales et provinciales afin de remanier le système coûteux, inefficace et répressif qui sous-tend le réseau de fourrières au Québec. R-PAQ prône l'adoption de programmes de services financés par les municipalités à l'échelle de la province et axés sur un code d'éthique humanitaire, qui assure la santé et la sécurité du public et qui responsabilise la collectivité.

Les membres de R-PAQ comprennent :

  • Humane Society International/Canada
  • SPCA de Montréal (CSPCA)
  • Centres d'adoption des animaux de compagnie du Québec (CAACQ)
  • Alliance animale du Canada (AAC)
  • Association des techniciens en santé animale du Québec (ATSAQ)
  • Citoyens Responsables de leurs Animaux de Compagnie (CRAC)
  • Isabelle Poitras L.L.B
  • Dr. Judith Weissmann D.M.V

À l'heure actuelle, les fourrières à but lucratif du Québec profitent de la surpopulation animale, puisqu'elle gonfle les rangs des animaux qui aboutissent dans leurs installations et leur garantit une source de revenus régulière. Montréal connaît une crise de surpopulation des animaux de compagnie. En effet, au moins 50 000 animaux sont abandonnés dans des refuges et des fourrières chaque année (soit environ 30 animaux pour 1000 personnes, ce qui est nettement plus élevé que pour d'autres grandes villes canadiennes, notamment Edmonton, où le ratio est de 15 animaux abandonnés pour 1000 personnes).

-30-

Humane Society International/Canada est un leader en matière de protection animale. Notre organisme représente des dizaines de milliers de membres et participants à travers le pays. HSI Canada met en oeuvre des programmes de protection des animaux de compagnie, de la faune et de son habitat naturel, de préservation de mammifères marins et de bien-être des animaux de ferme. HSI Canada est fière de faire partie de la Humane Society International – l’un des organismes de protection animale les plus importants au monde, avec plus de 11 millions de membres et participants. Rendez-nous visite sur le Web à l’adresse hsicanada.ca.

  • Sign Up
  • Take Action
Media Contact List2