• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

March 8, 2016

Un nouveau projet de loi apporterait des améliorations importantes aux lois sur le bien-être animal du Canada

La Loi sur la modernisation des mesures de protection des animaux reçoit le soutien d’une coalition de groupes de protection des animaux

Humane Society International/Canada, Animal Alliance of Canada, Animal Alliance Environment Voters Party of Canada, Animal Justice, Coalition Canadienne Pour la Protection des Animaux de Ferme, Fédération des Sociétés Canadiennes d'assistance aux Animaux, Fonds International pour la Protection des Animaux, SPCA de Montréal, Zoocheck

  • Vanessa Mignon/www.vanessamignon.com

Le député libéral Nathaniel Erskine-Smith a présenté le projet de loi C-246, la Loi sur la modernisation des mesures de protection des animaux,  avec l’appui d'une coalition des principaux groupes de protection des animaux canadiens lors d'une conférence de presse aujourd'hui à Toronto.

La Loi sur la modernisation des mesures de protection des animaux apporterait des améliorations à la section sur la cruauté envers les animaux du Code criminel. Elle permettrait également d'interdire la pratique de l’aileronnage des requins dans les eaux canadiennes et d'interdire l'importation d'ailerons de requins qui ne sont pas joints à la carcasse, à interdire la vente de fourrure provenant de chiens et de chat, ainsi qu’à exiger que les étiquettes des produits de fourrure indiquent le pays d’origine et l’espèce animale. La coalition des organisations de protection des animaux qui soutient le projet de loi est composée de: Animal Alliance of Canada, Animal Alliance Environment Voters Party of Canada, Animal Justice, Coalition canadienne pour la protection des animaux de ferme, la Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux, Humane Society International/Canada, Fonds international pour la protection des animaux, SPCA de Montréal, et Zoocheck.

Faits:

  • Les lois de protection des animaux du Canada sont demeurées en grande partie inchangées depuis 1892. Des modifications récentes ont augmenté les pénalités, mais la substance des dispositions actuelles n'a sensiblement pas changé.
  • Un sondage Environics mené en 2013 a révélé que 81 pour cent des Canadiens appuient une interdiction sur le commerce des produits provenant de l’aileronnage de requins.
  • Il y a 17 municipalités canadiennes qui ont interdit la vente des produits d’ailerons de requins: Abbotsford, Brantford, Coquitlam, Duncan, Ville de Langley, Canton de Langley, London, Maple Ridge, Mississauga, Nanaimo, Newmarket, New Westminster, North Vancouver, Oakville, Pickering, Pitt Meadows, Port Moody, et White Rock. En septembre 2012, l'Union des municipalités de la Colombie-Britannique a adopté une résolution quasi unanime demandant au gouvernement fédéral d'interdire l'importation d'ailerons de requins au Canada.
  • Les requins sont des prédateurs dont la survie affecte toutes les autres espèces marines et des écosystèmes océaniques entiers.
  • Au Canada, il n'y a pas d'exigences d'étiquetage pour les vêtements avec de la fourrure animale. Ainsi, il est tout à fait possible pour de la fourrure de chat et de chien d’être vendus dans ce pays, sans que personne ne le sache. Bien que la fourrure soit parfois volontairement étiquetée au Canada, ce massacre est tellement inadmissible que l'industrie a essayé de cacher la vérité avec des étiquettes trompeuses. À de rares exceptions près, les produits avec de la fourrure de chiens et de chats ne sont pas étiquetés comme tels.

Contact média: Christopher Paré, 514 395-2914, cpare@hsi.org

  • Sign Up
  • Take Action
Media Contact List2