• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

June 23, 2016

Une loi applicable à des races de chiens particulières n’est pas la solution, a déclaré HSI/Canada

Cibler les chiens selon la race est inefficace pour éviter des incidents tragiques

  • Sally Ryan

MONTRÉAL—Ces dernières semaines, la mort tragique d’une femme qui avait été attaquée par le chien de son voisin dans le quartier montréalais de Pointe-aux-Trembles a suscité un grand débat concernant la façon dont les municipalités peuvent contrôler efficacement les chiens pour assurer la sécurité de la collectivité. Ce qui suit est une déclaration de Ewa Demianowicz, responsable de campagne pour Humane Society International/Canada, exhortant les communautés à rejeter des mesures inefficaces basées sur la race :

« Nous invitons fortement les municipalités à adopter une démarche objective et basée sur des faits pour éviter que des incidents tragiques ne surviennent à nouveau dans nos communautés. Nous comprenons que le traumatisme et la peur appellent à prendre des mesures immédiates et drastiques; cependant, des lois applicables à des races particulières sont des démarches archaïques et mal informées quand il est question de gérer les chiens et de construire des communautés sécuritaires. Les lois applicables à des races particulières créent une sécurité illusoire. Cela distrait le public des véritables enjeux et détourne les ressources d’un contrôle plus efficace des animaux et d’initiatives en matière de sécurité publique. Ces lois ne sont pas basées sur des faits scientifiques ou des données crédibles, mais sur des mythes et des informations fausses autour de différentes races. Toutefois, leur impact sur les chiens, les familles et les refuges pour les animaux est bien réel. Humane Society International/Canada soutient des lois qui définissent des exigences pour les propriétaires de chiens, qui régulent le comportement des chiens dangereux, peu importe la race, et qui soulignent la responsabilité du propriétaire pour éviter des incidents futurs. »

Contactez vos représentants municipaux et provinciaux pour exprimer votre opinion contre les lois applicables à des races particulières.

Faits :

  • Rien ne démontre que les lois applicables à des races particulières réduisent les morsures de chiens ou les attaques contre les personnes, et des experts ont constaté qu’aucune race n’est plus susceptible de mordre qu’une autre. En fait, aucune juridiction n’a été capable de prouver que ce type de loi a amélioré la sécurité publique.
  • Il est très important de comprendre qu’aucune interdiction de races n’a efficacement éliminé les chiens sous restriction d’une communauté. Ces lois vont à l’encontre du lien unissant l’homme et l’animal et des citoyens sont prêts à enfreindre la loi pour garder leur animal de compagnie avec eux.
  • Les interdictions et restrictions de races obligent les familles à se départir de leurs chiens et à les abandonner dans des refuges, ce qui prend des espaces dans les refuges et utilise des ressources qui pourraient servir pour des animaux qui sont vraiment sans foyer.
  • L’Association canadienne des médecins vétérinaires et l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec ont publié diverses déclarations claires qui ne soutiennent pas les lois applicables à des races particulières.

HSI/Canada appelle toutes les municipalités du Québec et tous les gouvernements provinciaux à aborder la question des attaques et des morsures de chiens en se référant à des experts à ce sujet et en adoptant des lois sans distinction de races. HSI/Canada encourage également les Québécois à agir et contacter leurs représentants municipaux et provinciaux pour exprimer leur opinion contre les lois applicables à des races particulières.

-30-

Coordonnées média : Christopher Pare o : 514 395-2914 c : 438 402-0643, cpare@hsi.org

  • Sign Up
  • Take Action
Media Contact List2