• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

June 24, 2016

Des galettes de bœuf contenant de la viande de cheval vendues par un commerce montréalais

Humane Society International/Canada

  • HSI/Canada demande au gouvernement d’agir et d’interdire l’abattage de chevaux au Canada. Jennifer Kunz/The HSUS

MONTREAL— Un reportage de Radio-Canada a révélé que des galettes présentées et vendues comme étant du « bœuf » par l’entreprise montréalaise La Maison du Rôti contenaient en fait près de 46 pour cent de viande de cheval, ainsi que des traces d’autres viandes. Ces produits sont vendus directement aux consommateurs, et ils sont également distribués dans des hôtels, des restaurants et d’autres institutions.  

Ewa Demianowicz, responsable de campagne pour Humane Society International/Canada, a déclaré: « Le fait que des produits de viande soient mal étiquetés est non seulement inquiétant pour les consommateurs, mais aussi potentiellement dangereux pour eux. 

La majorité des chevaux abattus au Canada sont des animaux de compagnie ou de travail. Ils ne sont pas élevés pour de la nourriture et reçoivent souvent des médicaments et d'autres substances qui sont interdites dans la chaîne alimentaire. Il n'y a pas de système de traçabilité fiable pour les chevaux au Canada qui empêche ces substances illégales d'entrer dans la chaîne alimentaire, ce qui rend la viande chevaline potentiellement dangereuse pour ceux qui la consomment.

L'abattage des chevaux soulève aussi des questions éthiques. Les processus de transport et d'abattage sont très pénibles pour les chevaux en raison de leur instinct de fuite. Des vidéos tournées dans des abattoirs canadiens montrent des chevaux qui paniquent lorsqu’ils sont conduits dans les pièges de tuerie et des opérateurs qui tentent d’assommer des chevaux à plusieurs reprises pour les rendre inconscients. La plupart des Canadiens préfèrent éviter la viande chevaline, il est donc inquiétant pour eux d'apprendre qu'ils en ont peut-être consommé à leur insu.

Pour des raisons de bien-être animal, de protection des consommateurs et de sécurité publique, Humane Society International/Canada demande au gouvernement d’agir et d’interdire l’abattage de chevaux au Canada. »

Faits:

  • En 2015, près de 68 000 chevaux ont été abattus au Canada. Environ 65 pour cent de ces chevaux provenaient des États-Unis, et la majorité de la viande chevaline produite au Canada est exportée dans des pays européens et asiatiques.
  • La majorité des chevaux abattus dans des abattoirs canadiens, dont l’usine de Viande Richelieu, proviennent des États-Unis. Les chevaux américains n’ont jamais été élevés à des fins de consommation humaine. Puisque les Américains considèrent les chevaux comme des animaux de compagnie et de travail, ceux-ci sont souvent traités tout au long de leur vie avec des médicaments vétérinaires qui ont été interdits d’utilisation – aux États-Unis comme ailleurs – sur des animaux destinés à l’alimentation. Des résidus de ces substances peuvent être dangereux, voire mortels pour les humains qui les ingèrent, peu importe le moment où les chevaux y ont été exposés.
  • L’Office alimentaire et vétérinaire de la Commission européenne a publié un rapport de vérification soulevant de sérieuses préoccupations concernant la fiabilité des contrôles effectués sur les chevaux abattus au Canada pour l’exportation de viande chevaline vers l’UE. Entre autres choses, le rapport a confirmé qu’il ne peut être garanti que les chevaux, et particulièrement ceux en provenance des É.-U., n’ont pas été traités avec des substances illégales dans les six mois précédant leur abattage. 

-30-

Contact média: Christopher Paré o: 514 395-2914 c: 438 402-0643, cpare@hsi.org

  • Sign Up
  • Take Action
Media Contact List2