• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

September 27, 2016

HSI/Canada critique la décision de la Ville de Montréal de légiférer de façon inefficace et discriminatoire concernant les chiens

Les chiens de type pitbull et leurs propriétaires sont visés, malgré des preuves que la législation spécifique à certaines races (LSR) n'améliore pas la sécurité publique

Humane Society International/Canada

  • Phillip Marshall for The HSUS

En dépit de toutes les preuves, des données et avis d'experts, la Ville de Montréal a néanmoins décidé d’aller de l’avant avec son règlement visant des races particulières de chiens (LSR), restreignant non seulement sévèrement les propriétaires de pitbulls, mais visant aussi à interdire complètement certaines races.

Mme Ewa Demianowicz, responsable de campagne pour HSI/Canada, a déclaré ce qui suit :

«Nous sommes extrêmement déçus par la décision du Conseil d'adopter ce règlement archaïque totalement inefficace. M. le maire, Denis Coderre, et son équipe ont ouvertement et délibérément rejeté les faits scientifiques en faveur de la peur et de la désinformation. Les lois qui visent certaines races de chiens ne fonctionnent pas, et n'auront pour conséquence que de détruire des familles et de tuer des chiens innocents, sans aucune amélioration de la sécurité publique.

Le règlement adopté aujourd'hui n'étant vouée qu'à gaspiller l'argent des contribuables, l'ensemble des Montréalais devrait être consterné par l'approche irresponsable et illogique du Conseil à ce sujet. Si M. le maire veut vraiment faire une priorité de la sécurité publique, il devrait se concentrer sur de vraies solutions, permettant de protéger les gens et d'encourager la responsabilisation des propriétaires d'animaux.

D'autres municipalités, comme Calgary, ont adopté des mesures efficaces, comme l’application rigoureuse de règlements qui visent toutes les races de chiens et l’accès à des services animaliers abordables, incluant la stérilisation animale et l’éducation, et qui ont réduit les morsures de chien et les attaques sans cibler de race en particulier. Contre toute logique, Montréal a décidé de rejeter ce modèle et d'adopter cette interdiction controversée et inutile.»

Aidez-nous à dire non aux lois spécifiques aux races au Québec.

Les faits :

  • Il n'y a aucune preuve que les lois concernant la race réduisent les morsures de chien ou les attaques sur les personne; les experts ayant constaté qu'aucune race n'était plus susceptible de mordre qu'une autre. En effet, aucune juridiction n'a été en mesure de prouver que ce genre de loi avait amélioré la sécurité publique.
  • Interdire une race n'a jamais effectivement éliminé les chiens interdits dans une ville. Sur l'île de Montréal, par exemple, certains arrondissements n'adopteront pas la LSR, ce qui signifie qu'il pourra légalement y avoir des pitbulls dans certaines parties de la métropole.
  • La SPCA de Montréal a annoncé que si ce règlement avait été en vigeur cette année, l'organisation aurait du reloger ou euthanasier entre 300 et 700 chiens en parfaite santé qui ne présentent aucun signe de dangerosité
  • L'Association canadienne des médecins vétérinaires et l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec se sont clairement prononcés contre une législation visant certaines races.

 
Media Contact: Christopher Paré – office: 514 395-2914 / cell: 438 402-0643, email: cpare@hsi.org

  • Sign Up
  • Take Action
Media Contact List2