• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

March 28, 2017

Le gouvernement de la Colombie-Britannique prié d’interdire la chasse au trophée du grizzly

HSI/Canada, Pacific Wild et des élèves de l’école Glenlyon Norfolk s’unissent pour protéger la faune pendant la période préélectorale provinciale

Humane Society International/Canada, Pacific Wild

  • Ian McAllister/Pacific Wild

Humane Society International/Canada, Pacific Wild et des élèves de l’école secondaire Glenlyon Norfolk demandent au gouvernement de la Colombie-Britannique d’interdire la chasse au trophée du grizzly dans la province et d’imposer immédiatement un moratoire avant la saison de chasse.

Gabriel Wildgen, responsable de campagne pour HSI/Canada, déclare : « Il est difficile d’imaginer la souffrance et le sentiment de crainte vécus par les grizzlys pendant la chasse au trophée. Les plus malchanceux sont les ours blessés qui ne sont pas retracés, leurs blessures les font souffrir pendant des jours, des semaines, voire des années. Nous demandons au gouvernement de la Colombie-Britannique d’imposer un moratoire avant la saison de chasse qui débute le 1er avril, pour ensuite développer une réglementation d’interdiction permanente. »

Faites un don maintenant pour mettre fin à cette cruauté.

Marisa Smith, Giulia Giommi et Lily Wieczorek, étudiantes de l’école Glenlyon Norfolk, ainsi que leur enseignante Margaret McCullough, ont fait des déclarations lors de la conférence de presse qui a eu lieu aujourd’hui. McCullough a déclaré : « Tout comme beaucoup jeunes de la Colombie-Britannique, nos élèves ont peur de grandir en l’absence d’espèces sauvages puisqu’ils sont témoins d’un nombre en hausse d’espèces menacées. Ces derniers se sont engagés à mettre un frein à cela et se sont concentrés sur les ours : ils comprennent qu’afin de protéger les écosystèmes, on doit apprendre à cohabiter avec les carnivores qui figurent au sommet de la chaîne alimentaire. »

Ian McAllister, confondateur du Pacific Wild, a ajouté : « Les élèves de Glenlyon Norfolk soulèvent des points importants à travers leur opposition à la chasse au trophée du grizzly et se joignent à 90 % des Britanno-Colombiens et Britanno-Colombiennes qui souhaite que cette pratique archaïque soit interdite. Ces étudiants et étudiantes représentent l’avenir de la Colombie-Britannique, et souhaitons-le, une société qui respectera la faune et non pas une société qui permet le meurtre de notre plus grand emblème sauvage à titre de trophée ou comme soi-disant sport. »

La majorité des Britanno-Colombiens et Britanno-Colombiennes, incluant les Premières nations côtières et autres habitants de régions rurales, sont contre la chasse au trophée du grizzly et au moins 9 des 57 grizzlys de la province sont menacés. Nous devons agir rapidement afin d’enrayer cette chasse écologiquement irresponsable et cruelle.

Signez la pétition pour protéger les ours grizzlys de la Colombie-Britannique [en anglais seulement].

Faits:

  • Après avoir été blessés par balle, les grizzlys souffrent fréquemment pendant des heures avant de mourir, souvent victimes de blessures multiples.
  • Les ours sont très vulnérables au déclin de population, puisque la moitié des oursons meurent pendant leur première année de vie. Les routes, les chemins de fer et l’aménagement des terres réduisent les chances qu’un ours mâle trouvent une femelle pour s’accoupler.
  • Une étude publiée en 2013 par le Public Library of Science a démontré que la chasse au trophée peut causer un déclin de populations d’ours et que les chasseurs dépassent les quotas gouvernementaux dans la moitié des populations à l’étude.
  • D’autres études indépendantes ont constaté une surestimation du gouvernement en terme de populations d’ours en Colombie-Britannique. En réalité, les populations sont trop basses pour maintenir le taux de chasse actuel.
  • En 2012, une étude menée par le Center for Responsible Travel et l’Université Stanford a démontré que les visiteurs qui font l’observation d’ours dans la forêt pluviale de Great Bear en Colombie-Britannique dépensent 12 fois plus d’argent que ceux qui visitent pour la chasse.

Contact média: Christopher Paré – b: 514 395-2914 x 206, c: 438 402-0643 cpare@hsi.org  

  • Sign Up
  • Take Action
Media Contact List2