• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

October 25, 2018

Le projet de loi interdisant le maintien en captivité des baleines et des dauphins adopté par le Sénat

Humane Society International/Canada, Coastal First Nations, et des Canadiens à travers le pays célèbrent l’arrivée à mi-chemin de la campagne canadienne #VidezLesReservoirs

Humane Society International/Canada

OTTAWA—Le Canada est arrivé à la moitié de sa campagne pour l’interdiction du maintien en captivité des baleines et des dauphins au Canada avec la majorité des sénateurs votant en faveur du projet de loi S-203 : Loi visant à mettre fin à la captivité des baleines et des dauphins. Cette loi interdirait la captivité des baleines et des dauphins à des fins de divertissement, de programmes de reproduction en captivité et de commerce.

« Le projet de loi S-203 établira clairement que nous avons l’obligation morale d’arrêter progressivement de capturer des cétacés et de les garder en captivité pour notre profit ou notre amusement. Grâce à ce projet de loi, le Canada se joindra aux autres pays qui ont déjà interdit la mise en captivité des cétacés, » a déclaré le sénateur Murray Sinclair, qui parraine le projet de loi, dans son discours au Sénat. « En ce qui concerne nos relations avec les animaux et les responsabilités que nous avons envers eux, les mentalités évoluent. Les Canadiens nous demandent d’améliorer les choses. »

« Les spécialistes des sciences de la mer s’accordent à dire que les baleines, les dauphins et les marsouins - appelés cétacés – subissent de sévères privations, des maladies et souffrent de dépression lorsqu’ils sont gardés en captivité, » a expliqué Julie MacInnes, responsable de campagne de la faune sauvage pour HSI/Canada. « Nous remercions les sénateurs Wilfred Moore et Murray Sinclair d’avoir tenu des rôles majeurs dans la réussite de cette étape importante. Il n’est pas éthique de soumettre ces espèces sensibles et sociables à de telles privations dans le seul but de divertir un public. Ce projet de loi marque un tournant dans la lutte pour rendre aux baleines et aux dauphins le respect et la dignité qu’ils méritent. »

Le spécialiste des sciences de la mer Hal Whitehead a ajouté : « Un banc de dauphins sauvages au caractère extrêmement social peut voyager jusqu’à 100 kilomètres par jour en milieu océanique, et plonger sur plusieurs centaines de mètres. Les conditions de vie en captivité des mammifères marins n’ont rien de comparable à leur environnement océanique naturel, que ce soit en taille ou en qualité. Nous demandons au gouvernement fédéral de soutenir le projet de loi S-203 afin que nos lois soient compatibles avec les valeurs des Canadiens et que cette pratique cruelle prenne fin. »

« Coastal First Nations, les Premières Nations présentes le long de la majorité de la côte pacifique du Canada, entretiennent une relation spéciale et précieuse avec les cétacés et elles ont le devoir de les protéger, » a déclaré Paul Kariya, conseiller principal en politique auprès de Coastal First Nations. « Notre expérience dans la planification des espaces maritimes, la gestion basée sur les écosystèmes et la mise en place de postes d’observation des baleines et d’entreprises de tourisme écologique nous offre une vision alternative intéressante des façons plus respectueuses d’apprécier et de cohabiter avec ces animaux sauvages magnifiques ».

Les faits :

  • HSI/Canada fait campagne pour interdire la captivité des cétacés depuis plusieurs années. À l’échelle mondiale, HSI a été pionnière d’un mouvement influent visant à protéger les cétacés et à mettre un terme aux pratiques inhumaines de captivité par l’intermédiaire de l’éducation, de la sensibilisation et des mesures législatives.
  • Les plus grands spécialistes des sciences de la mer s’accordent à dire que les baleines et les dauphins endurent d’importantes souffrances psychologiques et des blessures physiques lorsqu’ils sont en captivité, notamment l’isolement, des problèmes de santé chroniques, des comportements anormaux, une forte mortalité des jeunes et un ennui extrême.
  • Actuellement, seulement deux établissements au Canada possèdent encore des cétacés : l’aquarium de Vancouver et Marineland, à Niagara Falls. Cependant, l’aquarium de Vancouver ne détiendra bientôt plus de cétacés en captivité, en raison de l’opinion publique et de l’indignation envers cette pratique.
  • Près de trois quarts des Canadiens ayant une opinion sur la captivité des cétacés désapprouvent cette pratique.

Contact média: Christopher Paré – b: 514 395-2914 x 206, c: 438 402-0643, cpare@hsi.org