• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

February 20, 2019

Les défenseurs de la protection des animaux dénoncent la nouvelle réglementation en matière de transport

Humane Society International/Canada fait part de ses préoccupations en ce qui concerne la nouvelle réglementation canadienne en matière de transport des animaux

Humane Society International/Canada

MONTRÉAL – Humane Society International/Canada fait part de sa grande déception en ce qui concerne les modifications tant attendues au Règlement sur la santé des animaux (Transport sans cruauté), publiées aujourd’hui dans la partie II de la Gazette du Canada. Cette nouvelle réglementation en matière de transport des animaux ne se penche pas adéquatement sur les plus importants risques pour le bien-être des animaux et ne respecte pas son objectif de garantir le traitement sans cruauté des animaux lors du transport entre les fermes, abattoirs, marchés aux enchères et autres lieux.

Malheureusement, la réglementation permet encore le transport de centaines de millions d’animaux durant 72 heures sans nourriture, eau ou repos, selon les espèces. De plus, elle ne comprend pas d’exigence significative pour la protection des animaux contre le temps inclément et ne fournit que de vagues instructions au sujet des techniques de surveillance et soin des animaux et de l’espace approprié à leur allouer.

Riana Topan, responsable de campagne pour le bien-être des animaux d’élevage chez HSI/Canada a déclaré : « Les Canadiens s’opposent fortement à la souffrance animale et il est extrêmement décevant que l’ACIA continue à répondre aux intérêts de l’industrie qu’elle est supposée réglementer, plutôt que de tenir compte du point de vue de la population qu’elle représente. La nouvelle réglementation n’en fait que peu pour empêcher des millions d’animaux d’arriver morts, mourants ou blessés dans les abattoirs chaque année, car les conditions de transport continueront d’être très mauvaises. »

Les défenseurs des animaux demandent depuis longtemps à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) d’améliorer la réglementation en matière de transport des animaux et de la conformer à celles des partenaires commerciaux du Canada tels que l’Union européenne et l’Organisation mondiale de la santé animale.

De plus, plutôt que de se baser sur la recherche scientifique, la réglementation canadienne mise à jour semble avoir été influencée par les lobbyistes de l’industrie du bétail, qui se sont fermement opposés à tout changement dans la réglementation. En effet, un examen du processus de révision interne a révélé que les représentants de l’industrie ont travaillé fort pour s’assurer que les durées maximales de transport permises ne soient pas diminuées de façon importante, même si le personnel de l’ACIA a admis que des durées plus courtes étaient préférables pour les animaux.

Riana Topan a aussi déclaré : « Environ 800 millions d’animaux d’élevage seront transportés au Canada cette année et, pour chacun de ces animaux, le transport sera l’une des expériences les plus stressantes qu’ils aient à endurer. Il est inacceptable que la réglementation visant à protéger les animaux n’ait presque pas changé depuis sa dernière mise à jour en 1977. Le Canada a perdu une occasion importante de conformer sa réglementation aux meilleurs travaux scientifiques disponibles, selon lesquels les animaux ne devraient pas être transportés durant plus de huit heures sans pause. »

Contact média: Christopher Paré – b: 514 395-2914 x 206, c: 438 402-0643, cpare@hsi.org