Humane Society International/Canada annonce une victoire historique pour les requins : l’interdiction du commerce de leurs ailerons au Canada

Parmi les parties prenantes, les défenseurs des animaux, la famille de Rob Stewart, réalisateur de Sharkwater, et les parlementaires célèbrent cette victoire historique pour la protection des requins

Humane Society International / Canada


Great white shark

OTTAWA – Humane Society International/Canada applaudit une victoire législative historique pour les animaux avec l’adoption du projet de loi C-68 présenté par le gouvernement. Ce projet de loi vise à modifier la Loi sur les pêches en incluant des dispositions interdisant la pêche aux ailerons de requin dans les eaux canadiennes ainsi que l’importation et l’exportation d’ailerons de requin. Les mesures intègrent celles du projet de loi S-238, Loi interdisant l’importation et l’exportation d’ailerons de requin, qui a été accepté après la troisième lecture au Sénat et après la deuxième lecture à la Chambre des Communes.

Rebecca Aldworth, directrice générale de HSI/Canada, a déclaré : « Cette décision marque un tournant pour le bien-être et la conservation des requins, et tous les Canadiens peuvent être fiers de cette victoire. Environ 100 millions de requins sont tués chaque année, principalement pour leurs ailerons, et le Canada était un grand importateur d’ailerons de requin. Les souffrances extrêmes vécues par les animaux et les conséquences écologiques désastreuses entraînées par cette pratique absurde sont bien documentées. Notre gouvernement a fait preuve d’un véritable leadership, car il a su passer à l’action face aux données scientifiques et respecter la volonté publique en mettant fin à la participation du Canada dans ce commerce cruel. »

Les deux films cultes Sharkwater (2006) et Sharkwater : Extinction (2018), réalisés tous les deux par le cinéaste canadien décédé Rob Stewart, ont mis en lumière la situation dramatique des requins tués pour le commerce d’ailerons et ont galvanisé un mouvement mondial pour y mettre fin.

« Rob était un fervent défenseur des requins et des océans » ont déclaré Brian et Sandy, ses parents. « Il a travaillé très tôt en étroite collaboration avec le Sénateur Michael MacDonald et le député Finn Donnelly afin de sensibiliser le public au commerce d’ailerons de requin et de faire pression pour que des mesures législatives urgentes soient prises. En tant que parents, nous sommes très fiers de l’incidence qu’il a eue et de sa contribution. L’an dernier, nous nous sommes consacrés à sortir le dernier film de Rob, Sharkwater Extinction, dans les cinémas du monde entier afin de poursuivre sa mission vitale. Ce projet de loi représente le genre de changement pour lequel Rob s’est battu chaque jour de sa vie et nous sommes certains qu’il serait fou de joie aujourd’hui. Nous applaudissons l’adoption historique du projet de loi C-68 par le gouvernement canadien et nous ferons en sorte qu’il serve d’exemple aux É.-U. et aux autres pays du monde et les incite à s’impliquer dans la protection des requins, des océans et de la planète. »

L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a déclaré : « Il ne fait aucun doute que le commerce illégal des ailerons de requin a eu un impact dévastateur sur les populations mondiales de requins. En fait, plus de 63 millions de requins sont tués chaque année, et plusieurs d’entre eux pour le commerce mondial des ailerons de requin. Le projet de loi C-68 répond aux inquiétudes grandissantes du public quant à l’impact et à la nature même de la pratique de l’aileronnage générées grâce à l’héritage de Rob Stewart et du film Sharkwater Extinction. Je suis heureux de dire que le gouvernement du Canada partage ces préoccupations en matière de conservation et intensifie ses efforts et prend des mesures pour résoudre ce problème mondial. »

Fin Donnelly, député à la Chambre des communes, représentant Port Moody — Coquitlam, a déclaré : « Nous avons enfin une législation qui représente une victoire pour les requins et pour le bien des océans. Depuis 2011, cinq projets de loi ont été présentés pour interdire l’importation d’ailerons de requin au Canada. Durant cette période, près d’un milliard de requins ont été massacrés pour leurs ailerons. Avec l’adoption du projet de loi C-68, le Canada peut jouer un rôle important dans la suppression de cette pratique destructrice. »

Sénateur Michael MacDonald, parrain du projet de loi S-238, a déclaré : « Au cours de la dernière décennie, le Canada est devenu le plus grand importateur d’ailerons de requin par habitant dans le monde. La majorité de ces ailerons provenaient d’espèces en voie de disparition ou menacées. L’interdiction de l’importation d’ailerons de requin constitue une première étape cruciale dans la lutte pour protéger ces prédateurs dominants importants. »

HSI/Canada a mené une campagne d’une dizaine d’années pour parvenir à l’interdiction du commerce d’ailerons de requin au Canada. Durant cette période, dix-neuf municipalités canadiennes ont interdit la vente de produits dérivés du requin, tandis que cinq projets de loi fédéraux et un projet de loi provincial ont été déposés pour interdire le commerce d’ailerons de requin.

Les faits :

  • La pêche aux ailerons est une pratique violente aux conséquences désastreuses sur l’environnement, qui consiste à couper les nageoires des requins avant de rejeter ces derniers dans la mer, où ils mourront lentement.
  • Les requins sont des prédateurs dominants dont la survie affecte toutes les autres espèces marines et les écosystèmes océaniques.
  • Le Canada était le plus grand importateur d’ailerons de requin en dehors de l’Asie, avec une importation d’environ 150 000 kg d’ailerons de requin en 2018 seulement.
  • 81 % des Canadiens soutiennent une interdiction de l’importation d’ailerons de requin au Canada (Environics Research, 2013).
  • Des pays tels que les Bahamas, les îles Mariannes du Nord, les Îles Marshall, l’Égypte et la Polynésie française ont interdit la vente de la majorité ou de la totalité des produits dérivés d’ailerons de requin. Plusieurs états américains ont également interdit la vente et le commerce de produits dérivés d’ailerons de requin, notamment la Californie, Hawaï, l’Illinois, le Maryland, l’état de New York et l’Oregon, ainsi que le territoire de Guam.

Veuillez communiquer par téléphone ou par courriel avec la personne-ressource pour les médias pour organiser des entrevues avec les experts de campagne de HSI/Canada.

Pour télécharger les photos et vidéo, cliquez ici; puis cliquez sur « créer un compte » en haut de la page.

 

 

Contact média: Christopher Paré – b: 514 395-2914 x 206, c: 438 402-0643, cpare@hsi.org