Le Parlement belge est déterminé à faire interdire l’importation de trophées de chasse d’espèces protégées au niveau international

Humane Society Internationale / Europe


Cathy Smith

BRUXELLES—Aujourd’hui, le Parlement belge a fait un pas important contre l’importation et le commerce de trophées d’animaux, en adoptant à l’unanimité une résolution demandant au gouvernement de mettre immédiatement fin à l’autorisation des permis d’importation de trophées de certaines espèces menacées et en voie de disparition. Parmi ces espèces figurent le rhinocéros, l’hippopotame, l’éléphant d’Afrique, le lion, l’ours polaire et le mouton argali, qui figurent à l’annexe A du règlement de l’UE sur le commerce des plantes et des animaux.  La résolution inclut également certaines espèces animales figurant à l’annexe B de ce même règlement.

Cette mesure fait suite à des démarches similaires en France et aux Pays-Bas. Le 8 mars, le député Kris Verduyckt (Vooruit, parti socialiste flamand) a présenté à la Commission de l’énergie, de l’environnement et du climat une résolution visant à interdire les importations de trophées de chasse, qui a été suivie d’un vote. La Commission a voté presque unanimement en faveur de la résolution, seul le parti nationaliste d’extrême droite flamand s’est abstenu.

La résolution fait écho à l’importance que le public belge accorde au bien-être animal. La Belgique affiche l’un des taux d’opposition à la chasse au trophée les plus élevés dans l’Union Européenne. Selon les résultats d’une enquête réalisée par Ipsos à la demande de Humane Society International/Europe, 91 % des Belges sont opposés à la chasse au trophée et 88 % soutiennent l’interdiction d’importer tout type de trophée de chasse.

Kris Verduyckt, Melissa Depraetere (Vooruit, parti socialiste flamand) et Mélissa Hanus (PS, parti socialiste francophone), qui avaient soumis en 2020 une proposition législative visant à interdire les importations de trophées de chasse se réjouissent que leurs efforts portent leurs fruits. Verduyckt déclare: « Concrètement, cela signifie que sur la base de cette décision, la ministre Zakia Khattabi [ministre du Climat, de l’Environnement, du Développement durable et du Green Deal de Belgique] pourra arrêter de délivrer des licences d’importation. Ses collègues de parti ont déjà déclaré en Commission de l’énergie, du climat et de l’environnement que cela se produira bientôt. J’espère que d’autres pays suivront cet exemple et qu’une interdiction totale sera bientôt en place au niveau européen.»

Humane Society International/Europe félicite le Parlement fédéral belge pour ses efforts visant à protéger la biodiversité et les espèces menacées et en voie de disparition. Ruud Tombrock, directeur exécutif de HSI/Europe, explique: « La chasse au trophée n’a pas sa place dans la société moderne. Avec cette décision du Parlement belge, nous avons fait un pas de plus vers l’interdiction d’une chasse inutile et cruelle qui vise des espèces en voie d’extinction dont le sort ne devrait pas d’être tuées pour un trophée. Nous tenons à remercier tous ceux qui ont participé aux efforts déployés, et tout particulièrement le parrain de cette proposition, le député Kris Verduyckt. »

La Belgique n’est pas le premier pays de l’UE à prendre des mesures pour mettre fin aux importations de trophées d’animaux en voie de disparition. La France a interdit les importations de trophées de lions, les Pays-Bas ont interdit les importations de trophées de chasse de plus de 200 espèces et les députés finlandais ont présenté une motion pour élaborer une proposition de loi visant à interdire les importations de trophées de chasse. Le gouvernement au Royaume-Uni a déclaré qu’il avait l’intention d’introduire l’interdiction la plus sévère jamais imposée à l’importation de trophées de chasse. Début mars, en Italie une proposition législative visant à interdire l’importation et l’exportation de trophées de chasse de toutes les espèces protégées par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction) a été déposée à la Chambre des députés.

L’Union européenne est la deuxième plus grande importatrice mondiale de trophées de chasse après les États-Unis. De 2014 à 2018, l’UE a importé près de 15 000 trophées de chasse – huit par jour – de 73 espèces protégées au niveau international. Au cours de ces cinq années, le nombre de trophées entrant dans l’UE a augmenté de 40 %. La Belgique est aussi impliquée, elle a importé 308 trophées de chasse de 37 espèces de mammifères inscrites à la CITES, parmi lesquels des lions et des éléphants d’Afrique, des guépards, des zèbres, des ours bruns et des ours polaires.

En 2019 et 2020, malgré les changements colossaux que la COVID-19 a eu sur la vie de tout un chacun, les chasseurs de trophées belges ont tout de même réussi à voyager et à importer plus de 100 trophées d’espèces inscrites à la CITES.

Trouvez des images en complément de ce communiqué de presse.

FIN

Contact presse: Adeline Fischer, communications manager Europe, afischer@hsi.org ; +49 17631063219

Notes

Les espèces couvertes par le règlement 338/97 sont le rhinocéros blanc austral (Ceratotherium simum), l’hippopotame commun (Hippopotamus amphibius), l’éléphant des savanes africaines (Loxodonta africana), le lion d’Afrique (Panthera leo), l’argali (Ovis ammon) et l’ours polaire (Ursus maritimus).

La proposition pour 2020 était référencée comme suit : DOC 55 1608/001.

Learn More Button Inserter