• Share to Facebook
    • Twitter
    • Email
    • Print

October 24, 2018

Le projet de loi en faveur de l’arrêt du commerce d’ailerons de requins est approuvé par le Sénat à une vaste majorité

Humane Society International/Canada, les spécialistes des sciences de la mer ainsi que la famille du regretté Rob Stewart célèbrent l’arrivée à mi-chemin de la campagne canadienne #SaveSharks

Humane Society International/Canada

OTTAWA — Le Canada est arrivé à la moitié de sa campagne en faveur de l’interdiction du commerce d’ailerons de requins avec l’approbation définitive et unanime du projet de loi S-238 : la Loi sur l’interdiction du commerce d’ailerons de requins, par le Sénat. Ce projet de loi a été amendé par le Sénat non seulement pour mettre fin à l’importation d’ailerons de requins au Canada, mais également pour en interdire l’exportation. Le projet de loi va maintenant être examiné par la Chambre des communes.

Le parrain de ce projet au Sénat, le sénateur Michael L. MacDonald, a déclaré : « Je suis ravi que la Loi sur l’interdiction de l’importation et de l’exportation d’ailerons de requins ait été adoptée par mes collègues au Sénat. J’espère sincèrement que les membres du Parlement vont s’occuper rapidement de cette affaire urgente pour s’assurer que le Canada adopte un rôle prépondérant dans la protection des requins, à l’échelle internationale. Cette espèce est vitale pour assurer l’équilibre des écosystèmes océaniques et la survie de notre planète. »

« Couper les ailerons des requins et les jeter dans l’océan tout en sachant qu’ils vont en mourir est un acte de cruauté sans nom qui met en danger des écosystèmes océaniques entiers, » a déclaré Julie Maclnnes, responsable de campagne de la faune sauvage pour HSI/Canada. « Nous remercions le Sénateur pour le rôle clé qu’il a joué dans cette lutte pour la conservation des océans. Ce projet de loi représente une étape importante vers l’arrêt du commerce d’ailerons de requins au Canada, c’est pourquoi nous demandons au gouvernement qu’il soit traité comme une affaire urgente. »

Dr Dirk Steinke, spécialiste des sciences de la mer a déclaré : « Les scientifiques s’accordent à dire que les requins font partie des espèces sauvages les plus menacées au monde. »

Dr Boris Worm, professeur à l’université de Dalhousie a ajouté : « Le commerce d’ailerons de requins est la cause principale de décès chez les requins. Les plus grandes espèces sont tout particulièrement menacées. Nous espérons que le Canada prendra les devants pour mettre un terme au commerce d’ailerons de requins. »

Brian et Sandy Stewart, les parents du regretté Rob Stewart, ont déclaré : « Nous incitons le gouvernement fédéral et les membres du gouvernement à écouter la large majorité de Canadiens en faveur de l’arrêt du commerce d’ailerons de requins au Canada. Toutes les heures, ce macabre commerce international tue 11 000 requins. Ces animaux — et les écosystèmes océaniques qui dépendent d’eux — ne peuvent pas se permettre d’attendre dix ans de plus. »

Faits:

  • Depuis plus de 10 ans, HSI/Canada milite pour mettre fin au commerce d’ailerons de requins. À l’échelle mondiale, HSI se trouve au premier plan d’un mouvement puissant visant à protéger les requins et à mettre un terme au commerce de leurs ailerons par le biais de l’éducation et de mesures législatives.
  • Tous les ans 100 millions de requins sont tués pour satisfaire la demande mondiale pour leurs ailerons et pour les autres parties de leurs corps. Aujourd’hui, un tiers des requins de haute mer sont menacés d’extinction.
  • Le Canada est le pays qui importe le plus d’ailerons de requins hors de l’Asie.
  • En tant que prédateur ultime, les requins contribuent à l’équilibre des océans, leur extinction aurait donc des conséquences importantes sur toutes les autres espèces marines.
  • Les requins grandissent lentement, deviennent adultes à un âge tardif et présentent des taux de reproduction relativement faibles, ce qui rend leur population vulnérable aux effets de la surpêche.

Pour télécharger les photos, cliquez ici; pour télécharger les vidéos, cliquez ici et ici.

Contact média: Christopher Paré – b: 514 395-2914 x 206, c: 438 402-0643, cpare@hsi.org